> > > > > Rénovation de l'isolation : étape par étape
Retour Réussir son projet de rénovation

La rénovation de l'isolation, étape par étape

Un projet de rénovation nécessite de planifier les différentes étapes afin d’épargner du temps, de l’argent et d’atteindre, in fine, les objectifs fixés en termes d’isolation. Pour réussir votre projet, suivez le guide !

1- Je réalise un diagnostic global

Avant de se lancer dans un projet de rénovation, il convient d’évaluer les différents besoins afin d’établir les objectifs à atteindre et de déterminer les priorités : les fondations et autres éléments porteurs intérieurs tels que les murs, poutres et charpentes sont- ils en bon état ? L’installation électrique respecte-t-elle les normes ? L’isolation du logement est-elle optimale ? Cette première étape permet notamment d’éviter les surprises en cours de chantier et les frais supplémentaires que celles-ci pourraient occasionner. Un tableau de bord sur une simple feuille de papier pourra s’avérer utile : on y notera l’état des différentes parties de la maison, les travaux nécessaires, le coût et l’avancement de la rénovation. Enfin, un bilan énergétique de la maison, qui devra être réalisé par un professionnel, sera nécessaire pour identifier les pistes d’améliorations possibles en termes d’ isolation thermique afin de réaliser des économies d’énergie en améliorant la performance thermique du bâtiment.

2- Je maîtrise mon budget

Le coût : une question essentielle en rénovation. Plus le diagnostic préliminaire sera précis, plus les prévisions budgétaires seront faciles à déterminer et proches des frais réels à débourser. C’est pourquoi il est essentiel de préparer son projet. Pour réaliser quelques économies, il conviendra de solliciter différents experts afin d’obtenir plusieurs devis et d’être à même de comparer les prix et les solutions proposées. Bon à savoir : certaines aides telles que le crédit d’impôt et l’ éco-PTZ pourront vous permettre de financer les travaux d’économies d’énergie, à condition de répondre aux conditions d’éligibilité. La définition du coût est une étape à part entière, permettant de maîtriser son budget et le plan des travaux.

3- Quels travaux d’isolation en priorité ?

Un projet d’aménagement intérieur commence toujours par la rénovation de l’isolation : la chaleur ayant coutume de monter, la toiture est en général responsable de 30% des déperditions thermiques et figure parmi les priorités. Viennent ensuite les murs, puis les menuiseries, fenêtres, portes et enfin les planchers, pour lesquels il convient de réduire les potentiels ponts thermiques, également responsables de la déperdition de chaleur. Une isolation maîtrisée offre un confort thermique, été comme en hiver, et permet de réaliser des économies d’énergie. C’est également le moyen de valoriser votre bien immobilier, à l’heure où le Diagnostic de Performance énergétique (DPE) est obligatoire pour la vente ou la location de tout logement.

4- Quels procédés d’isolation ?

En rénovation, l’isolation par l’intérieur est bien souvent la première solution à laquelle on pense. Ce procédé sera en effet retenu dans le cas où une façade ne peut être recouverte (réfection récente, architecture particulière, zone classée…) ou si l’on souhaite conserver des murs extérieurs en pierres apparentes… Peu onéreuse et facile à mettre en œuvre, l’isolation des murs pas l’intérieur peut toutefois réduire l’espace habitable. Il conviendra donc de se tourner vers les solutions spécifiques désormais disponibles pour répondre à cette problématique via leur faible épaisseur, telles que le système d’isolation phonique Placo® Phonique Rénomince®, qui présente un encombrement de 2 à 3 cm de moins qu'une solution acoustique traditionnelle. Si l’on souhaite préserver l’intérieur du bâtiment et ne procéder qu’à des travaux de rénovation de l’isolation, l’isolation thermique par l’extérieur sera la solution optimale au sens où elle n’affecte pas l’ aménagement intérieur. Elle permet en outre de modifier considérablement l’aspect extérieur de l’habitat et donc de faire peau neuve au bâtiment en lui appliquant un nouvel habillage. Ce procédé, plus lourd en termes de travaux, nécessitera toutefois l’intervention d’un professionnel du bâtiment.

5- Quelle solution de doublage pour mes murs ?

Selon la nature du mur (pierre, brique ou béton) et de la pièce (combles, pièce humide), le choix du matériau isolant pourra varier. Il conviendra tout d’abord de s’assurer que les isolants sont bien certifiés ACERMI afin de garantir la fiabilité des performances déclarées (thermique, mécanique, comportement à l’eau …). Le choix dépendra ensuite en grande partie de la configuration et de l'état de la maison, mais aussi des caractéristiques propres du produit isolant considéré. Pour une isolation optimale, le matériau doit posséder un lambda réduit et une résistance thermique élevée : la résistance thermique R d’un mur est fonction de la nature des matériaux qui le constituent.

Matériaux (20 cm) R en m².K/W
Pierre 0,32
Brique pleine 0,36
Brique creuse 0,50
Béton cellulaire 2,00
Parpaing 0,36
Valeur préconisée par la RT dans l’existant 2,3

L’ isolation thermique des murs par l’intérieur est généralement la solution retenue pour l’isolation de maisons anciennes dont la façade est en bon état. Attention toutefois, l’isolation de vos murs par l’intérieur ne doit pas être synonyme de « cache-misère » : toute trace d’humidité, de fissure dans la maçonnerie devra impérativement être traitée avant la mise en place du doublage.

Après traitement des différents problèmes d’humidité ou de murs fissurés, deux techniques d’isolation sont alors envisageables :

  • le doublage collé : si le mur est droit et sain, la solution la plus rapide et la plus économique est la pose d’un complexe de doublage collé. Cette technique évite le recours à une contre-cloison puisqu’elle fait appel à des panneaux isolants de type polystyrène expansé déjà revêtus d’un parement en plaque de plâtre. Les panneaux de doublage collé sont fixés contre le mur par collage à l’aide d’un mortier adhésif.

+ découvrez pas à pas les étapes de pose d’un doublage collé

  • le doublage sur ossature : si le mur est irrégulier, présentant des aspérités supérieures à 15 millimètres, cette solution est la plus adaptée. Celle-ci consiste à poser un doublage sur ossature de type Placostil®, de façon à intégrer un isolant entre la paroi et l’ossature et de fixer par la suite des plaques de plâtre garantissant l’aplomb et l’isolation de la paroi.

+ découvrez pas à pas les étapes de pose d’un doublage sur ossature

6- J’adopte une ventilation adaptée

Une bonne isolation s’accompagne d’une ventilation adaptée. En effet, l’isolation rend les murs plus imperméables à la vapeur d’eau dégagée par les occupants (salle de bains, cuisine). Sans renouvellement d'air, une maison rénovée présente des risques de moisissures et de condensation, de pollution de l'air intérieur… De surcroit, plus une maison est humide, plus celle-ci est difficile à chauffer. L’humidité doit donc être évacuée par un système de ventilation pour ne pas détériorer le logement et assurer une bonne qualité de l’air intérieur. En rénovation, le plus simple est d’installer une VMC simple flux, certaines avec un caisson extra-plat pouvant même se dissimuler dans un faux plafond. Autre élément à rénover si nécessaire : les fenêtres, que l’on remplacera par du double vitrage afin de limiter les déperditions thermiques.

Aide au choix
des produits Placo®
Toutes nos solutions produits sur placo.fr

OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×