> > > > > > Qu'est-ce que le bruit ?
Retour Isolation phonique

Qu'est-ce que le bruit ?

Le son est le produit d’une vibration de l’air. Tout phénomène vibratoire (voix, sonnerie de réveil, fonctionnement d’un moteur, porte qui claque…) met l’air en vibration.

Les vibrations produites sont plus ou moins intenses et caractérisées par :

  • leur fréquence correspondant à la périodicité du son. Son unité de mesure est le Hertz (Hz). Notre champ auditif varie globalement entre 20 et 20 000 Hz. En-dessous de 20 Hz, on appelle ces fréquences les infrasons, au-dessus de 20 000 Hz, il s’agit des ultrasons.
  • leur niveau, soit la vibration de l’air qui exerce une pression de plus en plus importante sur notre oreille au fur et à mesure que le bruit augmente. Quelle que soit l’origine du bruit, les oreilles perçoivent les vibrations de l’air et le cerveau interprète ces stimuli. Le niveau d’un son s’exprime en décibels (dB).

 

Comment se mesure le bruit ?

Isolation phonique : le bruit

Le décibel est également utilisé pour caractériser les performances acoustiques des produits et des ouvrages de bâtiment, comme par exemple l’indice d’affaiblissement acoustique d’un produit ou bien l’isolement acoustique entre logements. Plus la valeur de ces caractéristiques, exprimée en dB, est grande, meilleure est la performance.


 

Notre environnement quotidien est souvent très bruyant sans que l’on s’en rendre toujours compte. Bien que certains bruits nous soient familiers, il est très difficile d’évaluer leur niveau sonore et la façon dont ils interfèrent dans notre vie.


 

L'échelle du bruit

Pour mieux comprendre les différents niveaux sonores, l’échelle du bruit permet de se projeter dans une situation donnée. Aussi appelée « échelle des décibels », celle-ci se base sur des logarithmes : 3 décibels supplémentaires suffisent ainsi à doubler le niveau sonore, alors que 10 décibels le multiplient par 10.

 

 


 

_MG_2377

L’échelle du bruit s’étend de 0 dB (seuil d’audibilité) à 130 dB (seuil de la douleur). La plupart des sons de la vie courante sont compris entre 30 et 90 décibels. On trouve des niveaux supérieurs à 90 dB essentiellement dans la vie professionnelle (industrie, armée, artisanat…) et dans certaines activités de loisirs (chasse, musique, sports mécaniques). Les discothèques et salles de concert ont, quant à elles, un niveau sonore maximal autorisé de 105 dB. Certaines sources (avions, fusées, canons) émettent des niveaux supérieurs à 130 dB et pouvant aller jusqu’à 200 dB.

Quelques exemples de sources de bruits :

  • 30 dB : conversation à voix basse
  • 40 dB : réfrigérateur
  • 50 dB : pluie
  • 55 dB : lave-linge
  • 60 dB : conversation normale
  • 65 dB : téléviseur
  • 70 dB : sonnerie de téléphone
  • 75 dB : aspirateur
  • 80 dB : automobile
  • 85 dB : aboiement
  • 90 dB : tondeuse à gazon
  • 95 dB : klaxon
  • 100 dB : chaîne hi-fi
  • 105 dB : concert, discothèque
  • 130 dB : course automobile
  • 140 dB : avion au décollage

Comment s'additionnent les bruits ?

Les décibels sont des logarithmes, on ne peut donc pas les additionner ou les soustraire comme des nombres décimaux.
Pour rester simple, sachez que…

  • si le niveau du bruit double, cela correspond à l’émission de 3 dB de plus.
  • s’il diminue de moitié, son niveau aura 3 dB de moins.

Afin de connaître le niveau global de bruit émis par plusieurs sources en même temps, deux règles s’appliquent :

Pour des bruits de niveaux très sensiblement différents (≥10 dB)

20 dB + 50 dB ≠ 70 dB
20 dB + 50 dB = 50 dB
Le bruit le plus fort masque le plus faible.

Pour des bruits de niveaux équivalents (≤10 dB)

50 dB + 50 dB ≠ 100 dB
50 dB + 50 dB = 53 dB
Pour un écart entre le bruit le plus faible et le plus fort ≤ à 10 dB, ajouter au bruit le plus fort les valeurs suivantes :

 

Différence (en dB) entre les deux niveaux sonores 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Valeur (en dB) à ajouter au niveau le plus fort 3,0 2,6 2,1 1,8 1,5 1,2 1,0 0,8 0,5 0,5

Les sources de bruit

  • Les bruits aériens diffusés par l’air : ils proviennent de l’extérieur (circulation, travaux…) ou de l’intérieur (voix, radio…) d’un bâtiment.
  • Les bruits solidiens : ils se propagent dans les milieux solides tels que les parois d’un bâtiment. Ils sont provoqués par des chocs contre un mur ou un sol (déplacement d’une chaise, enfoncement d’un clou, etc.) ou par la diffusion d’un bruit à travers une paroi mal isolée (musique, etc.).
  • Les bruits d'impact : ils font partis de la famille des bruits solidiens. Ils qualifient plus directement tous les bruits issus de pas, de chocs ou de chutes d’objets sur un plancher.
  • Les bruits de voisinage : ils désignent les bruits gênants de la vie quotidienne issus de l’activité humaine (cris, objets bruyants, animaux).
  • Les bruits d'équipement : ils émanent des différents équipements d’un logement (chasses d’eau, chaudières, canalisations, ascenseurs, etc.). Ils peuvent être aériens ou solidiens.

La transmission du bruit entre deux pièces

Le bruit passe :

  • par la paroi séparative (mur, plancher, plafond, cloison) : c’est la transmission directe
  • par les autres parois : ce sont les transmissions indirectes ou latérales
  • par les défauts localisés (boîtiers électriques) souvent dus au manque d’étanchéité à l’air (fissures dans les murs, absence de joints aux fenêtres, etc) : ce sont les transmissions parasites.
Construire avec Placo® Aménager & rénover avec Placo®

LE SAVIEZ-VOUS ?

 

95 % des Français souhaitent plus de calme chez eux !

En construction comme en rénovation, il est possible de favoriser l’isolation phonique du logement, afin de respecter la tranquillité des autres occupants.

Toutes nos solutions produits sur placo.fr

OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×